Étiquette : W.G. Sebald

Pouilles

écrire le temps, la chronique nomade d’élisée reclus

Ce qui prend de l’importance historique est toujours fonction du présent immédiat. Carl Einstein, La Sculpture Nègre Lorsque j’ai proposé le thème La Chronique, écrire le temps pour la dissémination de février 2015 de la webasso des auteurs, je pensais aux almanachs, parce que le web est un almanach … Continuer la lecture de écrire le temps, la chronique nomade d’élisée reclus

Centre exact

A l’époque tu vivais dans le désert, au milieu de nulle part, loin de toute terre habitée, dans un village au centre exact de la France. Le centre exact de la France passait exactement chez toi, tu le sentais, il passait dans ton appartement, il passait dans ta chambre, au centre exact du lit dans lequel tu lisais. A cette époque tu te souviens que tu relisais tes vieux livres, tu relisais le Docteur Jivago, tu relisais Guerre et Paix. Par la fenêtre, un figuier s’agitait, t’accompagnait. Parfois tu roulais jusqu’à la ville lointaine. La bibliothèque te fournissait en vieux numéros de la Quinzaine Littéraire. Un jour, en feuilletant ces vieux journaux tu fis la connaissance d’un écrivain nommé W.G. Sebald. Au centre exact de la France. (Sans compter la Corse).

Centre exact de la France

Centre exact de la France

Norwich #1 (Vermont, USA)

Norwich, Vermont, USA

Au fur et à mesure que vous marchez, vous découvrez des choses, et une chose vous conduit à une autre,

raconte W.G. Sebald dans un entretien publié par Lynn Sharon Schwarz in L’Archéologue de la Mémoire, conversations avec W.G. Sebald (Actes Sud).

En 1970, Heinrich Brüning, chancelier de la République de Weimar de 1930 à 1932, décède à Norwich, une petite ville du Vermont dans laquelle il s’était retiré. Cette même année, W.G. Sebald arrive à Norwich, Norfolk, Angleterre, où il enseigne la littérature, jusqu’à sa mort, le 14 décembre 2011.

Vous devez prendre des éléments hétérogènes afin d’obliger votre esprit à adopter une démarche qu’il n’a jamais expérimentée auparavant ; comme tout est le fruit du hasard, il faut mettre votre imagination à rude épreuve pour créer un lien entre tous ces éléments,

insiste Sebald,

mais l’imagination est sans bornes, elle invente sans cesse de nouvelles horreurs, de nouvelles tortures,

lui aurait sans doute répliqué Brüning, dont la politique déflationniste (réduction brutale des salaires et des dépenses sociales), comparable, lisait-on dans la presse récemment, à celle qu’impose aujourd’hui la troïka aux pays du sud de l’Europe, eut pour conséquences désastreuses de précipiter l’arrivée d’Hitler au pouvoir (et de contraindre le chancelier centriste à l’exil).