Étiquette : noix

L’écrivain qui cassait des noix #10

Pour lutter contre le réchauffement climatique, en pressant des cerneaux on peut faire de l’huile de noix disait l’écrivain qui cassait des noix ; George Sand à Nohant et Stendhal à Grenoble s’éclairaient à l’huile de noix et leurs oeuvres étaient imprimées à l’huile de noix. Exercice numéro trois : dans un pot faites bouillir de l’huile de noix ; enflammez-la et laissez-la brûler pendant une demi-heure en remuant souvent ; couvrez le pot pour éteindre la flamme ; laissez refroidir ; l’huile a perdu un huitième de son poids, elle porte alors le nom de vernis et forme, broyée avec du noir de fumée, l’encre des imprimeurs. Et paf, disait l’écrivain qui cassait des noix, Le Rouge et le Noir et Les Maîtres Sonneurs capturent le gaz carbonique, disait-il.

L’écrivain qui cassait des noix #5

Casser des noix est un art qui consiste à extraire, d’un seul coup de marteau et sans les briser, le cerneau de la coquille et la coquille du cerneau disait l’écrivain qui cassait des noix. Choisir une variété adéquate, à coque d’épaisseur moyenne, correctement soudée, à suture marquée, et bien retenir le marteau quand celui-ci tape la noix disait-il. A Grenoble Stendhal cassait de la Franquette, à forme allongée, au sommet légèrement conique, à mucron prononcé. George Sand à Nohant cassait de la Marbot ; à valves bien renflées, à mucron fort acuminé, à fruit globuleux presque carré, très gros. Et paf, disait l’écrivain qui cassait des noix.