Étiquette : Heinrich Brüning

Heinrich Brüning, esthétique de l’austérité

ec38mq

“J’ai rarement vu quelque chose d’aussi beau et d’aussi émouvant dans l’art de la photographie. »

Heinrich Brüning, inventeur de l’austérité, chancelier de la République de Weimar de 1930 à 1932 / préface à Gesang im Feuerofen. Köln – Überreste einer alten deutschen Stadt, (Hymne dans la fournaise. Cologne – Vestiges d’une vieille ville allemande), Hermann Claasen, 1947

Image 24

   

Norwich #1 (Vermont, USA)

Norwich, Vermont, USA

Au fur et à mesure que vous marchez, vous découvrez des choses, et une chose vous conduit à une autre,

raconte W.G. Sebald dans un entretien publié par Lynn Sharon Schwarz in L’Archéologue de la Mémoire, conversations avec W.G. Sebald (Actes Sud).

En 1970, Heinrich Brüning, chancelier de la République de Weimar de 1930 à 1932, décède à Norwich, une petite ville du Vermont dans laquelle il s’était retiré. Cette même année, W.G. Sebald arrive à Norwich, Norfolk, Angleterre, où il enseigne la littérature, jusqu’à sa mort, le 14 décembre 2011.

Vous devez prendre des éléments hétérogènes afin d’obliger votre esprit à adopter une démarche qu’il n’a jamais expérimentée auparavant ; comme tout est le fruit du hasard, il faut mettre votre imagination à rude épreuve pour créer un lien entre tous ces éléments,

insiste Sebald,

mais l’imagination est sans bornes, elle invente sans cesse de nouvelles horreurs, de nouvelles tortures,

lui aurait sans doute répliqué Brüning, dont la politique déflationniste (réduction brutale des salaires et des dépenses sociales), comparable, lisait-on dans la presse récemment, à celle qu’impose aujourd’hui la troïka aux pays du sud de l’Europe, eut pour conséquences désastreuses de précipiter l’arrivée d’Hitler au pouvoir (et de contraindre le chancelier centriste à l’exil).