Étiquette : Blombos

Filmer #8

L’homme de Blombos, premier humain moderne, n’est pas né de la dernière pluie. Moi non plus. Je connais l’âme humaine. Indiscutablement, les incisions sur ocre de Blombos attestent que soixante-dix-sept mille ans avant J.C., l’homme de Blombos savait déjà écrire. Mais préférait peut-être ne pas. Que mangeait-on à Sumer ? Des coquillages ? Des morues ? Des otaries ? Des dauphins ? Lecteur ordinaire à trois cents mots minute — tu connais l’âme humaine — crois-tu sincèrement qu’homo sapiens aurait inventé l’écriture à seule fin de comptabiliser les ovins ?

On ne voit pas clairement pourquoi ce cheval bleu va connaître bientôt une joie immense,
mais il va la connaître, sans aucun doute.

Norge

Filmer #7

Je vais essayer d’écrire trois cents mots. Qu’un lecteur ordinaire lira en une minute. Ça va me prendre cinq heures. Sans compter les recherches. Aujourd’hui il pleut. La pluie tombe à grosses gouttes. Il pleut beaucoup. Il pleut fort. Je reste à l’abri. D’habitude je sors. Quoique. Poser la caméra sous la pluie. Ça se peut. Filmer les gouttes qui tombent. C’est l’automne. J’ai fait un feu. Lu pendant une heure. Dans les dix-huit mille mots. Des trucs sur twitter. L’histoire d’un type qui se fait entarter. L’histoire d’un type qui se fait piquer sa chemise. L’histoire de la grotte de Blombos. C’est pour mes recherches. Cent neuf mots. La pluie est plus fine que tout à l’heure. Elle glisse gentiment sur les feuilles du sureau. Je raye “des trucs sur twitter”. (Si j’efface je perds quatre mots). On se demande si ce n’est pas dans la grotte de Blombos il y a soixante dix-sept mille ans qu’homo sapiens aurait commencé à écrire. Et non pas à Sumer en 3400 avant J.C. On se demande si la théorie selon laquelle homo sapiens aurait inventé l’écriture pour tenir la comptabilité des cités sumeriennes n’est pas totalement erronée. Deux cent sept mots. Et toc. Parce que dans la grotte de Blombos on a trouvé des morceaux d’ocre incisé faisant penser à une écriture. Et qu’on les a trouvés en même temps qu’on a trouvé un collier de coquillages. La plus vieille parure du monde. En même temps que la plus vieille écriture du monde. Donc. Rien à voir avec la comptabilité. Quoique. On a compté ce que mangeait l’homo sapiens de Blombos. Un millier de poissons — des espèces de grande taille — des tortues, des coquillages marins, des élans, des otaries, et des dauphins. Trois cent cinq mots. Merci bien.