Catégorie : Kalepin

Heinrich Brüning, esthétique de l’austérité

ec38mq

“J’ai rarement vu quelque chose d’aussi beau et d’aussi émouvant dans l’art de la photographie. »

Heinrich Brüning, inventeur de l’austérité, chancelier de la République de Weimar de 1930 à 1932 / préface à Gesang im Feuerofen. Köln – Überreste einer alten deutschen Stadt, (Hymne dans la fournaise. Cologne – Vestiges d’une vieille ville allemande), Hermann Claasen, 1947

Image 24

   

Les nouveaux métiers du web

hLGrFD

Textsitting23, qu’est-ce que c’est ?

Textsitting23 est spécialisée dans la médiation privée de text-sitters. Que ce soit pour vos récits, romans, poèmes ou essais, chez nous, les propriétaires de textes et les text-sitters ont la possibilité d’entrer en contact les uns avec les autres.

Textsitting23 est bon marché pour les personnes à la recherche d’une garde pour leurs textes de compagnie et attrayant pour ceux ou celles qui sont en quête d’un emploi dans le domaine du text-sitting. En effet, nous servons d’intermédiaire pour établir le premier contact, mais ne percevons rien sur les heures travaillées.

Vous recherchez une garde pour votre texte de compagnie? – N’hésitez pas:

1. Inscrivez-vous gratuitement
En vous inscrivant, vous recevez l’accès aux profils de tex-sitters.

2. Créez gratuitement votre alerte e-mail

Une fois votre alerte créée, nous vous enverrons par mail les candidatures des tex-sitters intéressé(e)s par un emploi de ce type dans votre région.

3. Faites votre recherche librement
Parcourez les profils enregistrés dans notre base de données et prenez contact avec les text-sitters qui vous intéressent.

S’inscrire gratuitement maintenant

En quête d’un emploi? – C’est parti!:

1. Inscrivez-vous gratuitement
En vous inscrivant, vous recevez un accès aux différentes propositions d’emploi pour la garde de récits, romans, poèmes, essais, etc.

2. Créez votre profil gratuitement
Créez votre profil personnel et décrivez-y le genre d’emploi que vous recherchez. Rajoutez une photo de vous, pour créer un début de confiance et pour avoir plus de chances d’être sélectionné(e).

3. Candidature d’emploi active
Trouvez les emplois qui vous plaisent près de chez vous et déposez votre candidature en l’envoyant directement par e-mail.

S’inscrire gratuitement maintenant

Changer le système d’enseignement

Thomas Bernhard, L’Origine, trad. Albert Kohn, Quarto Gallimard p. 115, 116, 117

D’une façon complètement mécanique, avec les grandes attitudes professorales suffisamment célèbres – et la célèbre stupidité professorale – ils détruisaient les jeunes gens qui leur étaient confiés comme élèves par leur enseignement qui n’était rien d’autre que la désagrégation, la destruction et, dans une conséquence maligne, l’anéantissement que leur prescrivaient les pouvoirs publics. Ces professeurs n’étaient rien d’autres que des malades chez lesquels le paroxysme – paroxysme de la maladie – a toujours été l’enseignement. Seuls des gens stupides ou des malades aussi bien que des gens à la fois stupides et malades sont professeurs de lycée car ce qu’ils enseignent quotidiennement et déversent sur les têtes de leurs victimes n’est en vérité rien d’autre que de la stupidité et de la maladie, une matière qui a pourri au cours des siècles, une matière considérée comme maladie de l’esprit, dans laquelle la pensée de chacun des élèves doit nécessairement s’asphyxier. Dans les écoles, avant tout dans les écoles d’enseignement secondaire en tant qu’écoles moyennes, intermédiaires entre le primaire et le supérieur, le savoir inutile et pourri dont on a bourré sans relâche ces élèves transforme la nature de l’élève en une nature dénaturée et lorsque nous avons affaire à des élèves de ce qu’on appelle des écoles d’enseignement secondaire, donc des écoles moyennes, nous n’avons plus affaire qu’à des êtres dénaturés dont la nature a été anéantie dans ces écoles qu’on appelle écoles d’enseignement secondaire en tant qu’écoles moyennes. Les écoles qu’on appelle encore moyennes, avant tout celles qu’on appelle lycée, ne servent jamais, à proprement parler, qu’à la corruption de la nature humaine et il est temps de réfléchir à la façon dont on peut supprimer ces centres de corruption alors qu’ils devraient pourtant être supprimés puisque depuis très longtemps on les a reconnus comme des centres de corruption de la nature humaine et l’on a prouvé qu’ils en étaient effectivement, les écoles moyennes, comme on les appelle, mériteraient d’être supprimées, le monde s’en trouverait mieux si l’on supprimait ces écoles moyennes : lycées, établissements secondaires, etc, comme on les appelle, et si l’on ne se concentrait plus que sur les écoles élémentaires et les établissements d’enseignement supérieur car l’école élémentaire ne détruit rien chez un être jeune, n’anéantit rien dans la nature d’un de ces êtres et les établissements d’enseignement supérieur sont pour ceux qui sont qualifiés pour la science et qui, même sans ce qu’on appelle l’école moyenne, sont à la hauteur des établissements d’enseignement supérieur. Les écoles moyennes mériteraient d’être supprimées parce qu’une grande partie de tous les jeunes gens y est conduite au naufrage, doit nécessairement faire naufrage. Notre système d’enseignement est tombé malade au cours des siècles, les jeunes gens qu’on fait entrer de force dans ce système d’enseignement sont contaminés par la maladie de ce système et tombent malades par millions sans qu’on puisse envisager de guérison. Il faut que la société change son système d’enseignement si elle veut changer parce que, si elle ne change pas, ne se restreint pas, si elle ne se supprime pas en grande partie, elle est assurée de toucher bientôt à sa fin. Quant au système d’enseignement, il faut qu’il soit fondamentalement changé, il ne suffit pas de se contenter de changer sans cesse quelque chose ici et là, tout dans notre système d’enseignement mérite d’être changé si nous ne voulons pas que  la terre ne soit plus peuplée que par des humains dénaturés, anéantis et détruits par une nature dénaturée. En premier lieu et avant tout, les écoles qui mériteraient d’être supprimées sont celles qu’on appelle les écoles moyennes, où l’on fourre tous les ans des millions qui tombent malades, sont détruits, anéantis.

 

Guerre & Guerre, Laszlo Krasznahorkai

Guerre & Guerre, de Laszlo Krasznahorkai, traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, aux éditions Cambourakis, Guerre et Guerre, c’est le genre de livre dans lequel on se sent si bien qu’on voudrait en ralentir le plus possible la lecture, en retarder le plus possible l’achèvement, y rester pour toujours, s’y dissoudre, s’y perdre comme dans un labyrinthe, livre pourtant qu’on lit d’une traite jusqu’à la dernière page, j’en suis à la page 194 il y en a 280, c’est l’histoire d’un type qui s’appelle Korim, un archiviste, il a trouvé un manuscrit sensationnel, manuscrit qu’il décide de confier à l’éternité en le disséminant sur internet, pour cela il s’enfuit à New-York (le livre a été écrit en 1997) où il raconte, jour après jour, à sa co-locataire portoricaine,  pendant qu’elle fait la cuisine, l’avancement de son travail de transcription, elle lui tourne le dos, plantée devant sa gazinière, et lui il raconte, il raconte les tribulations de quatre hommes, les mystérieux protagonistes du manuscrit, dont l’occupation principale consiste, est-il nécessaire de le préciser, à parler, or à la page 194, Korim évoque aussi, pour la première fois,  le style et le sens du manuscrit :

 » 8. Ces deux chapitres, dit Korim, avec l’émergence progressive du personnage de Kasser et l’usage démesuré et abusif du procédé de répétition, et d’approfondissement, ces quatrième et cinquième parties, donc, auraient dû, dès la première lecture, l’éclairer sur les réelles intentions de l’auteur, et donc, sur le véritable sens du manuscrit, mais lui, stupide qu’il était, avec son cerveau dérangé, il n’avait, au cours des derniers jours, rien, mais alors rien saisi du tout, l’origine mystérieuse, inexplicable du texte, la force poétique qui s’en dégageait, le fait qu’il tournait résolument le dos aux formes de narration conventionnelles, l’avaient rendu sourd et aveugle, réduit à néant, comme s’il avait reçu un boulet de canon, cannon, alors que, dit-il en secouant la tête, l’explication se trouvait là, devant lui, depuis le début, il aurait dû la voir, de fait, il la voyait, et de surcroît, il l’admirait, seulement il ne comprenait pas ce qu’il voyait et ce qu’il admirait, à savoir que le manuscrit n’avait qu’un seul propos : écrire la réalité en boucle jusqu’à la folie, imprimer les scènes dans l’imaginaire du lecteur avec des détails délirants et des répétitions qui relevaient de la maniaquerie, c’était comme si l’auteur, expliqua Korim, et ce n’était pas une image, s’était servi, en guise de stylo et de mots, de ses ongles, pour graver les choses sur le papier et dans l’imaginaire du lecteur, car si l’accumulation de détails, les répétitions et les approfondissements rendaient la lecture plus difficile, tout ce qui était détaillé, répété, approfondi, restait gravé à jamais dans le cerveau, brain, et si les phrases se répétaient, l’auteur procédait à de fines modulations, ici la phrase enrichie, là simplifiée, ici plus obscure, là plus limpide, et de façon étrange, fit Korim songeur, cette répétition ne provoquait pas de crispation, d’agacement ou de lassitude chez le lecteur, non, cela lui permettait de se dissoudre, fit Korim en regardant le plafond, de se camoufler dans l’univers évoqué, mais bon, pour l’instant, il devait reprendre le récit … « 

CKC3R5

Pas facile d’acheter Guerre & Guerresorti fin octobre ; dans une première librairie, où je m’attendais à le trouver en tête de gondole, on me dit quoi ? comment ? qui ça ?, je dis vous savez, Krasznahorkai, le scénariste de Bela Tarr ? Guerre & Guerre a déjà été traduit en anglais, en allemand, en espagnol, en polonais, en hébreu, dis-je, vous pourriez peut-être l’intégrer au stock ? non, ce n’est pas possible, on peut juste vous en commander un exemplaire ; dans une deuxième librairie on me dit, regardez peut-être en vitrine, c’est sur la guerre 14-18 ? , dans une troisième librairie, introuvable, dans une quatrième, la plus grande, la principale,  the librairie du pays, un seul exemplaire, rangé à la lettre K au rayon littérature de l’est, mais rien sur le présentoir des nouveautés de l’est.

Guerre & Guerre, un livre qu’on souhaiterait, comme Korim son manuscrit, confier à l’éternité en le disséminant sur internet.

dl7caB

Images : Guerre & Guerre, deuxième et troisième de couverture

Nadejda Tolokonnikova en danger

Image 11

FIFA President Joseph S. Blatter and French actor Gerard Depardieu at the Home of FIFA in Zurich on 19 October 2012. Copyright by: foto-net / Kurt Schorre

Condamnée à deux ans de camp pour hooliganisme, Nadejda lance un appel à l’aide dans une lettre diffusée le 19 octobre par l’association Russie-libertés, lettre relayée sur le web littéraire par  Oeuvres Ouvertes et La Revue des Ressources.

« Je l’avoue, je crains pour ma vie. Ma fermeté sans compromis ne fait que croître », écrit la jeune femme qui se bat pour améliorer des conditions de détention proches de l’esclavage.

Appel à l’aide, fermeté, courage auquel Gérard Depardieu, voisin de Nadejda Tolokonnikova en Mordovie, n’est sans doute pas insensible : en témoigne cet entretien que l’acteur a accordé à Fifa.com :

Suivez-vous le football actuel ?
Oui, et je vais vous faire une confidence, c’est un sport que je trouve de plus en plus féminin en réalité. J’ai beaucoup d’admiration pour le football féminin. C’est un sport qui demande de la force physique et pourtant elles ne perdent jamais leur féminité. (…)

Croyez-vous dans le rôle social du football ?
Une chose est sûre, aucun sport n’a autant de membres que la FIFA. Même l’ONU en a moins. Il n’y a pas d’activité plus universelle. Je pense que la Chine va un jour exploser dans le football. Ce sont des gens très positifs. Quand on voit leurs athlètes pleurer aux Jeux Olympiques parce qu’ils n’ont obtenu qu’une médaille d’argent et qu’ils ont perdu leur honneur, c’est incroyable. Regardez la Corée du Nord, ce petit pays de quelque 25 millions d’habitants je crois, isolé, fait partie de l’élite du football féminin, c’est une chose étonnante. (…)

La Fifa, dont Gérard Depardieu est un ambassadeur de courtoisie, prépare le prochain Mondial de football 2018 à Saransk, Mordovie, Fédération de Russie.

Centre exact

A l’époque tu vivais dans le désert, au milieu de nulle part, loin de toute terre habitée, dans un village au centre exact de la France. Le centre exact de la France passait exactement chez toi, tu le sentais, il passait dans ton appartement, il passait dans ta chambre, au centre exact du lit dans lequel tu lisais. A cette époque tu te souviens que tu relisais tes vieux livres, tu relisais le Docteur Jivago, tu relisais Guerre et Paix. Par la fenêtre, un figuier s’agitait, t’accompagnait. Parfois tu roulais jusqu’à la ville lointaine. La bibliothèque te fournissait en vieux numéros de la Quinzaine Littéraire. Un jour, en feuilletant ces vieux journaux tu fis la connaissance d’un écrivain nommé W.G. Sebald. Au centre exact de la France. (Sans compter la Corse).

Centre exact de la France

Centre exact de la France