Sirène

Y’a pas d’sirène dans l’eau d’vaisselle

Y’a plus d’écho dans les tuyaux

Pour déboucher la ritournelle

Tournez tournez la manivelle

 

Adieu tous les animaux

Les pommes de terre les pommes d’api

Ils sont partis dans leur pays

En république domesti_que

Nous laissant tous les océans

Pour trier pour trier les poubelles

Les volcans pour faire du toboggan

La lune pour découper le ciel

 

Y’a du gâteau sur la cerise

L’eldorado sous la banquise

Pour déboucher la ritournelle

Tournez tournez la manivelle

 

Qu’allons nous faire de nos plumes

Qu’allons nous faire de nos ailes

Qu’allons nous faire de nos os

Maintenant qu’on est au zoo ?

Qu’allons-nous faire du caca

Qu’allons-nous faire du pipi

Qu’allons-nous faire de nos peaux

Qu’allons-nous faire de nos peaux ?

Via Giorgio Bassani, Codigoro, Emilia-Romagna, Italie

Via Giorgio Bassani, Codigoro, Emilia-Romagna, Italie 6

Aujourd’hui encore, quand on farfouille dans certaines vieilles boutiques de Ferrare, il n’est pas rare de mettre la main sur des cartes postales vieilles de cent ans. Ce sont des vues jaunies par le temps, tachées d’humidité et, à vrai dire, parfois difficiles à décrypter.

Carcasse

Je change de corps en moyenne tous les deux ans en ce moment je cherche une occasion à l’argus un corps de deux ans est coté deux fois moins cher qu’un corps neuf pourvu qu’il soit de première main on a rarement de mauvaises surprises à condition de le revendre au bout de deux ans conseillent les magazines spécialisés on trouve des corps qui n’ont pas beaucoup servi pas beaucoup bougé soigneusement conservés sous une bâche à l’abri des intempéries évitez les modèles avec options compliquées, bien sûr changer de corps tous les deux ans ça demande à chaque fois un petit temps d’adaptation certains préfèrent garder le même corps pendant des années avec le risque que le jour où ils décident de s’en débarrasser leur vieux corps n’intéresse plus personne moi quand je passe mon annonce je sais que mon corps partira dans la semaine au début j’ai dû m’habituer à la configuration particulière de l’habitacle c’est une bonne affaire un corps basique mais tout de même assez sportif nerveux, si comme moi vous êtes gaucher ne faites pas l’erreur que j’ai faite une fois de prendre un corps automatique personnellement avec ça je n’ai eu que des ennuis la technologie n’est pas fiable autant investir dans un corps de droitier qu’on arrivera toujours à bricoler soi-même.

Portrait #1

Je dérive à la vitesse moyenne de 13,28 mètres à l’heure. Depuis que je suis né, j’ai déménagé vingt-cinq fois. De déménagement en déménagement,  je me suis déplacé de 5586 kilomètres. J’ai tout calculé. 5586 kilomètres en quarante-huit ans, ça veut dire que je dérive à la vitesse moyenne de 13,28 mètres à l’heure. 5586 km, c’est à peu près la distance de Paris à Omsk (5612 km). Mais moi j’ai plutôt fait des boucles. A cette vitesse là, pour arriver jusqu’à Vladivostok il faudrait que je vive jusqu’à cent deux ans, sachant qu’en partant de Omsk il me restera 6346 kilomètres à parcourir. Quand je pense que vingt-cinq déménagements et 5586 kilomètres de bifurcations désordonnées, de demi-tours, de migrations erratiques ne m’ont menés au bout du compte qu’à 492 kilomètres de mon point de départ, alors que si j’avais suivi dès le début un programme rationnel de déménagement, à l’heure qu’il est je serais probablement domicilié à Omsk.

fR5jhe

Au milieu du chemin de ma vie, je me trouvai dans une forêt profonde et vis perdue la droite voie, écrit Dante au premier vers du premier Livre de L’Enfer. Quant à moi, si j’avais suivi dès le début la droite voie, à l’âge de vingt-quatre ans j’aurais vécu du coté de Kovrov, Russie. A 2793 kilomètres à l’ouest de Omsk.

Kovrov, Russie

Kovrov, Russie

Portrait #2

L’escargot turc (helix lucorum) dérive à la vitesse moyenne de 3,6 mètres à l’heure. Un escargot turc né le même jour que moi au même endroit et qui aurait suivi lui aussi dès le début un programme rationnel de déménagement ne serait pas prêt d’arriver à Krasnoïarsk.

Krasnoiarsk

Krasnoïarsk

A l’âge de quarante-huit ans il n’a même pas dépassé Varsovie. Du côté de Łowicz, Pologne. il allonge puis contracte son pied qui n’est qu’un seul muscle, déplaçant sa coquille d’un millimètre par seconde.

Łowicz, łódzkie, Pologne

Łowicz, Pologne

Portrait #3

Le 20 juillet 1969, âgé de deux cent mille ans, homo sapiens foule enfin le sol de la lune, à 384 000 kilomètres de son lieu de naissance (vallée du Rift, Ethiopie). 384 000 kilomètres en deux cent mille ans, j’ai tout calculé : homo sapiens dérive à la vitesse moyenne de 22 centimètres à l’heure.

vallée du rift ethiopie

A ce rythme là pour atteindre Mars, il faudra qu’il vive encore vingt-neuf millions d’années. Homo sapiens est un animal lent, très lent, bien plus lent que l’escargot Tecciztecatl (le dieu de la lune chez les Aztèques).

Portrait #4

Alors que le pôle Nord dérivait doucement d’environ 6 mètres par siècle en direction du Labrador, il a soudain bifurqué vers le Groëland à la vitesse moyenne de vingt-sept centimètres l’an le pôle Nord est un animal lent mais il accélère, le pôle Nord restera toujours le nord or s’en allant au Groëland c’est bel et bien vers l’est que le nord descend.

pôle nord

Norwich #1 (Vermont, USA)

Norwich, Vermont, USA

Au fur et à mesure que vous marchez, vous découvrez des choses, et une chose vous conduit à une autre,

raconte W.G. Sebald dans un entretien publié par Lynn Sharon Schwarz in L’Archéologue de la Mémoire, conversations avec W.G. Sebald (Actes Sud).

En 1970, Heinrich Brüning, chancelier de la République de Weimar de 1930 à 1932, décède à Norwich, une petite ville du Vermont dans laquelle il s’était retiré. Cette même année, W.G. Sebald arrive à Norwich, Norfolk, Angleterre, où il enseigne la littérature, jusqu’à sa mort, le 14 décembre 2011.

Vous devez prendre des éléments hétérogènes afin d’obliger votre esprit à adopter une démarche qu’il n’a jamais expérimentée auparavant ; comme tout est le fruit du hasard, il faut mettre votre imagination à rude épreuve pour créer un lien entre tous ces éléments,

insiste Sebald,

mais l’imagination est sans bornes, elle invente sans cesse de nouvelles horreurs, de nouvelles tortures,

lui aurait sans doute répliqué Brüning, dont la politique déflationniste (réduction brutale des salaires et des dépenses sociales), comparable, lisait-on dans la presse récemment, à celle qu’impose aujourd’hui la troïka aux pays du sud de l’Europe, eut pour conséquences désastreuses de précipiter l’arrivée d’Hitler au pouvoir (et de contraindre le chancelier centriste à l’exil).

J’ai volé

J’ai volé un oeuf

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé un boeuf

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé un enfant

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé un dentier

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé un piano

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé le kitsch

 

J’ai volé un oeuf

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé un boeuf

Je l’ai bien caché dans mon panier troué

J’ai volé des froufrous j’ai volé des bijoux

Qui volaient qui volaient qui volaient

J’ai volé un baiser et encore un baiser

Qui volaient qui volaient qui volaient

J’ai volé un piano j’ai volé des quenelles

Qui volaient qui volaient qui volaient

J’ai volé

Une

Deux

Trois

Quatre

Cinq

Six

Sept

Huit

Neuf

Secondes

Et la bombe

Atomique

Je l’ai bien cachée dans mon panier troué

Personne ne pourra la retrouver

Personne ne pourra la retrouver