Lecture d’été : L’Homme qui avait deux yeux

A l’aube, on observe ici et là des pères de famille harenbergeois en survêtement tirant des véhicules tout-terrain à l’aide d’une corde dans les rues résidentielles du quartier de villas. Ils suivent, ce faisant, les recommandations d’un apôtre de la santé américain qui défend la conviction que depuis des millénaires, l’homme s’est développé dans la mauvaise direction et qu’il ruine sa santé physique et mentale. Qu’il doit retrouver ses besoins originels ; qu’il doit changer radicalement son alimentation et son emploi du temps. Un manuel de cet apôtre américain, dans lequel il présente le régime dit de l’âge de pierre proscrivant tous les produits à base de céréales et de lait, circule dans le sud-ouest de Harenberg. Dans ce manuel, on recommande également de tirer un véhicule tout-terrain aux premières heures du jour, ce qui rappelle au corps masculin l’effort accompli en traînant sa proie jusqu’à la maison après la chasse. Le poids d’un quatre-quatre, lit-on, correspond assez exactement au poids de la part du mammouth abattu qu’un chasseur de l’âge de pierre se voyait jadis attribuer.

Matthias Zschokke, L’Homme qui avait deux yeux, trad. Patricia Zurcher, Zoé, 2015, p.86, 87

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s