Trou du monde

Sachant qu’elle ferait d’ici le lendemain deux millions cent soixante mille fois le tour du monde (vitesse de la lumière deux cent quatre-vingt-dix-neuf millions sept cent quatre-vingt-douze mille quatre cent cinquante-huit mètres par seconde, diamètre de la Terre douze mille sept cent cinquante-six virgule vingt-huit kilomètres), dès l’aurore on s’acharnait grattait creusait tropait tramait trichait tranchait dans l’espoir d’être le premier à publier la plus belle phrase du jour.

— Tout cela est bel et bon déclara la ministre, de cette émulation saine et désordonnée écloront sans doute les champions de demain mais pendant ce temps-là qui triera les gosses qui lingera les grenelles qui bordera les poubelles ? Nos jeunes se sont déjà détournés sans vergogne de tous les métiers d’organes !

— Plus personne en effet ne voudrait fourrager ensiler ne veut plus déclampir ni même réchampir répondit le conseiller, au point où nous en sommes pour nous dépêtrer de cette vaine agitation je ne vois plus qu’une seule solution trouons trouons trouons les airs les terres et les mers, quatre-vingt bombinettes suffiront croyez-moi à défrayer prestement vos champions.

Pendant ce temps-là c’est vrai qu’à Sopot au lieu de foudroyer on s’acharnait fébrilement on grattait fébrilement on creusait fébrilement, la ministre aurait annoncé qu’elle s’apprêtait à inonder le marché de liquidités ça n’aurait rien changé assis solidement sur un banc au lieu de bournaquer on trichait se disant mince je crois bien ce matin l’avoir eue sur le bout de la langue la plus belle phrase du jour, et pendant ce temps-là à Valparaiso plutôt que de brimbaler on regardait le ciel tandis qu’à Bologne on tournait tout autour des rond-points les yeux fermés.

— Malgré les trois chirurgiennes que vous avez déjà bazardées par le pavé la situation mon cher ne me semble pas du tout désoperculée, je crains un risque de varappe sur les dommages colocataires d’autant que les populades continuent par bravade à phrasicoter, regardez bon sang comme on s’en brandouille à Lviv de vos bombinettes, on dirait qu’ils n’ont tous qu’une hâte monter fébrilement dans n’importe quel autocar continuer fébrilement à versicoter et pendant ce temps-là même à Deadhorse au lieu d’optimiser on se distrait des malheurs les plus lourds en gravant des sapinières ! Arrêtez de larguer vos safaris sur le globe et convoquez plutôt les docteurs, qu’ils nous pondent chaque jour la meilleure phrase du monde afin que le moral de l’ennemi soit sapé, ordonna la ministre à son conseiller.

Cependant de Los Cabos à Galway en passant par Imperatriz où l’air n’est pourtant pas souvent souligné de pigeons tout rôtis, l’agriculteur ne semait le meunier ne moulait le forgeron ne forgeait et les mineurs dans l’indifférence animale en leurs ateliers souterrains ne minaient plus que du filon de verbal, quel oiseau quel cheval n’a pas déjà tout vu tout entendu ? L’oligarchie continuait à se comporter comme une classe sociale bien qu’on sentît en elle de l’irrationalité et même un vent de folie collective.

— Aujourd’hui je vous préviens je ne me sens pas très bien j’ai dû attraper un orvelet, quand je fonctionne la paupiette j’ai tout l’écran qui badigeonne une demi-ombre, dit la ministre.

— En effet votre regard est inquiétant on dirait presque un mascaron, j’espère que vous n’avez pas contagié l’heure qui sonne ! Permettez-moi seulement de gicler trois cochonnettes en attendant les docteurs, supplia le conseiller.

— Cochonnez cochonnez cochonnez, répondit la ministre.

Mais pendant ce temps-là de Longyearbyen à Coronel, presque tout le monde s’était déjà planqué sous les hypotyposes.

— Madame la ministre, cher conseiller, nous sommes tous suspendus à un fil, personne ne touche vraiment terre, nous ne faisons qu’effleurer le monde. Malheureusement, certains s’étranglent avec leur câble, qui se tord, et soudain se rompt ; on les voit alors s’affaisser tristement sur le sol. D’autres au contraire, fournis de cordons plus souples, plus élastiques, échappent à la pesanteur et conservent une relative liberté de gravitation.

— Mais tous ces fils, docteur, ne risquent-ils pas de s’emmêler ?

— Ils s’emmêlent, chère Madame, ils s’emmêlent ; c’est ainsi que se forment les couples, les familles, les états, les sociétés, et les sentiments triviaux comme l’amour ou la haine. Nous sommes tous reliés à un même placenta, chère Madame, Monsieur le conseiller. C’est pourquoi il n’y a qu’une histoire. Toujours la même histoire.

— Votre contribution est remarquable, cher docteur, en vous écoutant j’ai bien failli sombrer dans un sommeil cosmique sur matelas thermo-régulateur, mais l’heure est grave, et nous n’avons que faire de vos berceuses cutanées.

Pendant ce temps là, c’est vrai que de Bissone à Odessa, on préférait chasser la métaphore, perchés sur des nacelles, plutôt que de varloper du salami.

Evidemment tout le monde trichait. Les docteurs trichaient, le conseiller trichait, la ministre trichait. Les docteurs faisaient semblant d’être des docteurs, le conseiller semblant d’être un conseiller, et la situation n’était pas plus brillante dans les institutions ! En déplacement à Lisbonne, la ministre eut beau affirmer que l’unique option était d’accepter des sacrifices, en son for intérieur, elle sentait un endroit creux, un vide à travers lequel s’engouffraient comme un vent affolant des phrases que nul n’avait jamais écrites ni prononcées. Cependant, de Weisslingen à Yverdon-les-Bains en passant par Kingsville, le temps scintillait comme un songe, et le songe était savoir. On laissait pousser la pelouse. On sortait promener son chien.

— Que se passe-t-il, demanda la ministre, soudain plus personne ne phrasouille, c’est suspect j’espère que les mots ne sont pas sortis de leur orbite, on dirait que quelqu’un a capturé le temps comme un vulgaire astéroïde.

— C’est inquiétant en effet dit le conseiller, zoomez-donc dans mon lorgnon, rien n’est plus étrange que cette absence d’étrangeté, au lieu de championner du verbal ceux qui ne sont pas partis en Laponie chercher un dictionnaire sans définition jouent au solitaire à longueur de journée, ils nous claquent la porte au nez.

Image : Musée du Costume, Lausanne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s